Le Guide Hachette des vins

Clos Manou

2012*
S'il ne prétend pas rivaliser avec le 2011, coup de cœur l'an dernier, le Clos Manou 2012 montre qu'il a du répondant. A commencer par sa belle robe, d'un rouge profond, et par son bouquet, aux arômes charmeurs de vanille. Souple et suave, porté par des tanins fondus et par un boisé élégant qui n'écrase pas le fruit, le palais joue lui aussi la carte de l'équilibre et du charme. Côté cépages : du cabernet-sauvignon (53%), du merlot (38%) et du petit verdot. Côté élevage : dix-huit mois de barrique. A boire 2017-2023.

Petit Manou

2012*
Le second vin du domaine est un médoc bien typé, au nez harmonieux, toasté, vanillé et fruité, au palais tendre et soyeux en attaque, plus tannique dans son développement. A boire 2017/2021.

Clos Manou

2011** Coup de coeur
En 1998, Stéphane et son épouse Françoise louent 12 ares pour créer leur vignoble. D'achat de parcelles en acquisition de petits crus soigneusement sélectionnés, leur propriété s'étend aujourd'hui sur 17 ha ; elle est devenue une référence en médoc. Présenté pour la première fois au Guide, leur grand vin - un qualificatif en rien usurpé - fait une entrée des plus remarquées. De la robe, rouge foncé parfait, au palais, à la fois ample, riche,soyeux,solide,bâti sur des tanins au grains très fin, en passant par le nez intense et complexe ( fruits noirs mûrs, vanillé délicat, notes de sous bois) tout désigne la bouteille de grande facture 2018/2024.

Petit Manou

2011*
Coup de coeur dans sa version 2010, il est depuis longtemps bien plus qu'un second. Là ou le "grand frère" privilégie le cabernet-sauvignon (65%), le petit joue la carte du merlot (70%) Résultat : un vin plein, chaleureux (confiture de mûres) et bien structuré. 2017/2022.

Petit Manou

2010*** Coup de coeur
Officiellement, Petit Manou est le second vin du Clos Manou de Françoise et Stéphane Dief. En réalité, il est pratiquement devenu une entité à part entière avec des vignes âgée (quarante ans en moyenne) exploitées sur 7 ha, et n'a plus rien de confidentiel depuis quelques années déjà. Surtout, il s'impose millésime après millésime comme un réel grand vin, régulièrement distingué dans ces pages. La consécration arrive avec le 2010, qui conjugue au plus-que-parfait merlot et cabernets. L'intensité de sa robe grenat annonce celle de son bouquet, ouvert sur les baies noires, la réglisse et le cacao, associés dans un subtil équilibre. Une harmonie ç laquelle fait écho un palis d'un volume et d'une densité exceptionnels, laissant le souvenir d'un vin rond, doux et soyeux. Un très grand médoc armé pour la décennie, mais que l'on pourra commencer à ouvrir d'ici deux à quatre ans.

Petit Manou

2008**
« Je ne suis que Petit Manou » proclame l’étiquette.
Pourtant, cela fait des années que le second vin du Clos Manou décroche, à l’aveugle, deux étoiles dans le guide. La nouveauté?
Une quantité produite plus importante en raison de l’intégration dans la cuvée d’un hectare supplémentaire de vieilles vignes. Il en résulte un 2008 pourpre sombre qui exprime toute la complexité d’un assemblage de quatre cépages ( merlot, cabernets et petit verdot ) ainsi qu’une vraie maîtrise de l’élevage. Frais en attaque, d’une bonne persistance, bâti sur des tanins bien enrobés, le palais se montre à la fois puissant et harmonieux. Un séjour en cave de cinq ans ou plus s’impose avant de songer à la bécasse.

2007**
Si Petit Manou reste officiellement le second vin du Clos Manou, il n’est plus aujourd’hui produit en quantité restreinte ( 7 000 bouteilles pour le millésime 2006) à partir des jeunes vignes de la propriété, mais élaboré à une plus grande échelle à partir de vieilles vignes ( dont 4 ha de ceps âgés de quarante ans acquis récemment). Le merlot (60%) domine l’assemblage de ce 2007 au bouquet mêlant un joli fruité à des notes d’élevage ( toasté), qui développe une matière ronde aux tanins agréables. Une belle bouteille qui mérite un petit passage en cave.

2006**
Un joli terroir argilo-calcaire et une belle technique (double trie, cuves en chêne, pigeage), il n'en faut pas plus pour donner un vin au bouquet complexe (pruneau, cerise noire, cèdre, vanille et épices) et à la matière riche, ronde, tannique et bien équilibrée. Tout est en place pour garantir un bon potentiel, supérieur à cinq ans. Et Françoise et Stéphane Dief de signer pour la quatrième année consécutive un second vin (du Clos Manou) remarquable.

2005**

Ce 2005 confirme la montée qualitative de cette deuxième étiquette du Clos Manou, élaborée à partir des jeunes vignes du cru. Croquant et gourmand, il séduit par sa robe sombre rappelant la prune rouge écrasée. Un peu minéral, le bouquet se prolonge au palais par des notes fruitées et cacaotées. Plein, rond et harmonieux, ce vin sensuel est à attendre encore trois ou quatre ans.



2004**
Je ne suis que Petit Manou, peut-on lire sur l'étiquette de ce second vin du Clos Manou. Si l'on se fie à la régularité de cette cuvée au fil des millésimes, c'est déjà beaucoup! On découvre ici un vin bien concentré tant au nez qu'au palais. S'appuyant sur un bois de qualité aux arômes de café grillé et toasté, celui-ci fait la part belle aux fruits noirs mûrs.
Ample, puissant, il sait rester soyeux, avec du gras. Une remarquable réussite pour le millésime.


2003**
Un joli terroir argilo-calcaire, qui explique la part du merlot avec 56 %, et des propriétaires passionnés, il n’en faut pas plus pour obtenir une éclatante réussite.
Une livrée rubis annonce la forte personnalité de ce 2003 qui tombe un peu sous la coupe du bois dans son expression aromatique.
Toast, grillé et crème brûlée, le merrain triomphe ; mais pour un temps seulement, car ensuite apparaît le fruit avec des baies mûres, la cerise cuite et la fraise. Chaleureux et bien équilibré, le palais possède la structure nécessaire pour une bonne garde ( cinq ou six ans, voire beaucoup plus) tout en étant déjà fort séduisant. Un bel exemple de médoc moderne. Dommage que sa production soit un peu confidentielle.